Le commerce équitable, qu'est-ce que c'est ?



Le commerce équitable est une alternative au commerce mondial dominant.  Plus précisément, c'est un partenariat fondé sur les bases du dialogue, du respect et de la transparence, destiné à viser une plus grande équité dans le commerce mondial. Il connait en France une véritable percée depuis les années 2000.  On parle également de commerce social.                                                                                                                                  Le commerce équitable englobe également des valeurs éthiques, sociales et environnementales. Il contribue, d'une certaine manière, au développement durable en offrant de meilleures conditions de travail aux acteurs du commerce. Le but premier est la réduction des inégalités en veillant à la juste rétribution des producteurs.



Quels sont les principes fondamentaux du commerce équitable ?



Le commerce équitable se base sur une série de valeurs et de principes fondamentaux à respecter pour une cohésion parfaite. Ces principes sont communs aux 8 référentiels internationaux reconnus du commerce équitable. Les voici :




  • Des relations commerciales pérennes et justes

  • Une transparence totale dans les relations clients/fournisseurs

  • Actions mises en place pour changer les principes du commerce international

  • Des modes de production respectueux de l'environnement (eco friendly)

  • Valorisation et préservation des cultures, des boutiques indépendantes et des producteurs locaux.

  • Respect des droits de l'Homme et des règles de l'OIT

  • Développement des capacités individuelles pour les producteurs

  • Le paiement d'un prix juste

  • Promouvoir le commerce équitable

  • Dénoncer les inégalités du commerce mondial



Cependant, ces normes ne sont pas universelles. Elles diffèrent selon le niveau d'exigence et les différentes approches envisagées.



Les limites du commerce équitable ?



En étant partisans des principes du commerce équitable et en les adoptant, les producteurs se placent malgré eux dans une position marginale. En effet, ces derniers n'entrent pas dans les circuits de distribution conventionnels et sont comme "exclus" des relations économiques internationales. Ceci est du au système préférentiel créé par l'adhésion au commerce équitable, qui certes, leur offre une forme de protection, mais qui ne facilitent pas leurs intégrations aux circuits normaux. Aussi, le problème du manque de visibilité se pose. Les boutiques et points de ventes ne sont pas assez nombreux en Europe. Ils ne touchent donc pas un public assez large pour gagner en visibilité. De plus, l'aspect non sophistiqué et souvent caritatif des boutiques ne sont pas attrayants pour les éventuels clients. Il faut donc, malgré un effort de professionnalisation, redéfinir les objectifs et faire en sorte que le message éthique soit clair et cohérent.